Accueil > Ecrire >

<< Les conseils de Mimi Yuy  | |   Fiches techniques pour les auteurs >>

Les erreurs et faux-pas à éviter absolument pour ne pas s’attirer les foudres des lecteurs

Par Cocoli

Vous êtes un(e) nouvel(le) auteur(e) et après vous être motivé(e) à écrire une fanfiction, vous décidez de passer le cap et de vous lancer dans l’aventure. Mais avant de publier quoi que ce soit sur internet, sachez que les lecteurs peuvent être assez critiques s’ils le veulent et que même si vous considérez votre écrit comme un trait de génie, ils ne seront peut-être pas d’accord avec vous. Vous êtes sûrement bons, mais une première fois reste toujours une première fois, quelque soit votre degré de talent naturel. Donc pour éviter de recevoir des "flame" (à savoir des commentaires vraiment acides et désobligeants difficiles à digérer et sans pitié pour votre sensibilité), voici quelques conseils qui pourront vous servir.

Tout d’abord, évitez d’écrire "au fil de l’eau"

Qu’est-ce que ça signifie ?

Ecrire "au fil de l’eau", c’est écrire sans avoir défini au préalable une trame, un fil conducteur, sans avoir aucune idée de comment va se dérouler la fiction et de coucher les idées comme elles viennent. Je sais que vous êtes excités à l’idée de publier votre histoire et que vous avez vraiment envie que les autres lisent ce que vous avez fait, mais si vous programmez de mettre en ligne une fiction à chapitres, l’écriture "au fil de l’eau" n’est vraiment pas un bon plan.

Vous risquez de vous emmêlez les pinceaux dans votre scénario, de faire des non-sens, de vous retrouver avec des scènes dans lesquelles vous ne saurez plus comment vous dépêtrer, et plus grave, vous risquez de perdre de l’intérêt pour votre fanfic en cours, vu que vous ne savez même pas comment elle se terminera. L’écriture "au fil de l’eau" est bien pour les OS ou les TS, mais pas pour les fictions à plusieurs chapitres, et ce, d’autant plus que vous n’êtes pas habitués à écrire.

Pour pallier ce problème, avant de vous lancer dans votre histoire, prévoyez une fin que vous coucherez sur papier, et faites un résumé de ce qu’il devra se passer dans chaque chapitre jusqu’à cette fin. De cette façon, vous aurez tout un déroulement prévu pour votre fanfiction et vous n’aurez plus qu’à vous référer à ce document si vous avez un doute ou si vous vous apercevez que vous vous éloignez trop de la ligne que vous vous étiez fixés.

Et au moins, si vous commencez à trouver le temps long et que vous fatiguez, parce qu’écrire une fanfiction à chapitres est plus éprouvant que facile, vous pourriez vous donner du courage en vous disant "Allez ! Plus que x chapitres !". De même, évitez de poster votre premier chapitre dès que vous avez fini de l’écrire.

Laissez-le reposer pendant quelques jours, et ne le publiez que quand vous avez quelques uns des chapitres suivants terminés également. De ce fait, vous aurez toujours une réserve de chapitres qui évitera à vos lecteurs d’attendre indéfiniment une suite si vous êtes bloqués sur un passage en particulier.

Evitez les clichés en tous genres

Les clichés cinématographiques, les scènes à la Harlequin™, et autres scénarios vus et revus sont à éviter le plus possible. Les lecteurs lisent des tonnes et des tonnes de fictions tous les jours et si au début, ils aiment les déclarations d’amour sur fond de soleil couchant, très vite ils finissent par s’en lasser après en avoir lu une bonne cinquantaine. Laissez tomber ces scènes, elles ne sont pas assez originales pour captiver les lecteurs et suffisamment réalistes pour les intéresser.

Evitez aussi l’ "overdrama", c’est-à-dire toutes les scènes dignes des films d’amour les plus sirupeux, les "vas-y que je tombe à genoux sous la pluie battante et qu’une larme solitaire s’écoule le long de ma joue" ou les "Je t’aime ! Je t’ai toujours aimé ! Tu es la personne la plus chère à mon coeur !" parce que ce sont des scènes totalement improbables dans la vie réelle et qui sont affreusement clichées et déjà-vues (et revues). Faites également très attention aux clichés propres à la fanfiction, détectables qu’après avoir lu bon nombre de fics, et qui souvent se manifestent sous forme de scenarii que vous pensez originaux et qui en fait, ont déjà été utilisés maintes et maintes fois par d’autres apprentis auteur(e)s avant vous. Pour pallier à ce problème, lisez beaucoup, que ce soit des fictions ou des livres, beaucoup de lecture vous familiarisera avec l’écriture et les clichés à éviter.

Bannissez les Mary-Sue et Gary-Stu

Mary Sue est est la fille parfaite, l’incarnation de l’auteur(e) qui vole la vedette au héros et ne décolle pas une seule seconde du dessous des projecteurs. Impossible de s’en débarrasser, et Dieu sait pourtant combien les lecteurs ne peuvent la saquer… Mary-Sue est l’Erreur à éviter absolument.

Impossible de faire plus cliché et plus irritant. Les lecteurs n’ont certainement pas besoin d’une super héroïne parfaite en tous points, à la grosse tête et aveuglant tous les autres personnages pour leur rappeler combien ils ne sont que de pathétiques humains sans intérêt. Quant à Gary-Stu, c’est la version masculine de la Mary-Sue, donc lui aussi est à fuir comme la peste. Ne vous laissez surtout pas tenter par ce genre de scénario, car vous risquez de recevoir les pires flame possibles.

Faites également attention à ne pas transformer des personnages préexistants en Mary-Sue et Gary-Stu, car même s’ils ne sont alors pas inventés par vous, ils n’en restent pas moins d’insupportables petits êtres parfaits complètement horripilants et irréalistes. Pour éviter ce genre d’erreur, souvenez-vous que tous les personnages (sauf peut-être les méchants) sont humains, ce qui signifie qu’ils ont certes beaucoup de qualités, mais qu’ils ont aussi des défauts et qu’ils ne sont pas des dieux. Gardez en tête qu’il y a certaines limites à la puissance du héros et que les méchants ne seraient pas intéressants s’ils ne lui donnaient pas du fil à retordre. Enfin, veillez à ne pas focaliser toute l’attention sur un seul personnage parfait en tous points et agissant sur tous les fronts, mais intéressez-vous aussi à d’autres persos secondaires, même si ce n’est que pour de courts moments.

Manipulez le "OOC" avec précaution

Voir les définitions de OOC, OC, IC

Beaucoup de lecteurs tolèrent le "OOC" à faible dose, mais sachez quand même que s’il est trop accentué et trop évident, cela pourrait carrément donner l’impression que vous vous servez de l’apparence des persos pour mettre en scène d’autres personnages de votre invention.

Les lecteurs n’apprécieront pas de voir leurs personnages chéris et aimés dans toute leur complexité, transformés en de parfaits inconnus qui leur ressemblent comme des clones. Et rien n’est plus horripilant qu’un ninja de talent, buté, déterminé, optimiste, gaffeur et malicieux, rendu geignard, perpétuellement indécis, tremblotant, pleurnichard et terrorisé en permanence, par exemple.

Si OOC il doit y avoir, prenez soin de bien expliquer ce changement (par le contexte différent, des évènements perturbateurs…) et de garder les quelques traits de caractère du personnage qui semblent innés.

Restez loin du bashing de personnage

Voir la définition de Bashing

Faites attention, car le bashing de perso très prononcé et répété révèle l’immaturité de l’auteur(e), et si au départ, les lecteurs ne s’en préoccupent pas trop, au bout d’un moment, ça peut les irriter et même les pousser à arrêter leur lecture.

Pour finir, prenez garde aux fautes d’orthographe et au langage SMS

Ce point est peut-être le plus important de tous et celui qui doit être observé le plus scrupuleusement. Personne n’est parfait et bien sûr, tout le monde laisse des fautes dans un texte, et encore plus si la grammaire et vous ça a toujours été la haine passionnelle. C’est normal, et personne ne devrait exiger de vous que vous pondiez un texte absolument irréprochable, sans la moindre petite erreur. D’ailleurs, même les auteurs de renom en font, et les livres publiés contiennent quelques fautes_ certes éparses, mais présentes quand même. Par contre, ce qui est inexcusable, c’est un texte truffé de fautes tous les trois mots, sans la moindre ponctuation ou la plus petite majuscule, inondé d’abréviations façon SMS et/ou encore pire, écrit carrément en phonétique.

C’est un manque de respect total, non seulement envers les lecteurs, mais également envers les autres auteurs qui prennent du temps et font des efforts pour délivrer à la communauté un écrit le plus soigné possible. Ecrire un texte d’une traite sans se relire une seule fois ou essayer de se corriger et se dire "Bof, ça ira, c’est pas grave s’il y a des fautes.", c’est carrément se moquer de la tête du monde, donc ne vous attendez certainement pas à un accueil chaleureux. Si c’est pour faire un massacre de la langue française, qui est certes compliquée mais qui n’en reste pas moins belle, gardez votre torchon pour vous. C’est peut-être sévère, mais soyez sûr que les lecteurs à qui vous soumettrez votre brouillon seront beaucoup plus enflammés que ça.

Si vous êtes une cruche totale en français et que la grammaire, l’orthographe et la conjugaison ont toujours été vos pires ennemis, il existe des solutions. Vous pouvez demander de l’aide à un Bêta-lecteur/correcteur, qui vous aidera dans votre écriture, vous conseillera et corrigera vos fautes. Sachez quand même qu’un Bêta-lecteur/correcteur n’est ni un esclave ni un animal, donc pas question de lui jeter un déchet à la figure et de lui dire "Je le veux pour la semaine prochaine !". Si vous êtes incapables d’écrire une phrase simple (sujet-verbe-complément) sans un seule faute et que le présent de l’indicatif vous est complètement inconnu, il ne vous reste plus qu’une solution : achetez vous un BLED™. Ceci étant dit, essayez toujours au maximum d’éviter les fautes d’orthographe en vous relisant encore et encore, et passez outre l’utilisation des smiley qu’il serait mieux de remplacer par de vraies phrases…

Bon courage !

Haut de page
<< Les conseils de Mimi Yuy  | |   Fiches techniques pour les auteurs >>

A lire également...

Date de modification de la page : 25/04/2012

Vous pouvez utiliser ce site pour votre usage personnel autant que vous le désirez, mais je vous remercie de ne pas le publier en tout ou partie sous votre nom. Si vous citez des extraits, veillez à bien reprendre les références qui s'y rattachent.