Accueil > Ecrire > Les ateliers d'écriture d'Erynna >

|   Poster sur Internet >>

La rédaction

A présent, vous avez en main tous les éléments nécessaires à la construction et la compréhension de votre histoire. N'oubliez pas que si votre plan est suffisamment précis et détaillé, votre rédaction en sera grandement facilitée. A l'exception des one-shots (histoires en un seul chapitre), j'ai toujours besoin d'un plan "paragraphe par paragraphe" avant de me lancer dans la rédaction. Lorsque j'écris, chaque mot est investi d'une importance propre qui parfois anticipe sur la suite de l'histoire, à plusieurs chapitres d'intervalle. Il m'est donc nécessaire de connaître mon intrigue dans ses moindres détails, pour savoir où je vais et comment j'y vais.

Cette avant-dernière étape consiste à mettre en discours votre scénario, c'est-à-dire à concrétiser la fiction et le récit par des mots, des phrases et des figures de style. Pour ce faire, vous avez à votre disposition les procédés rhétoriques et stylistiques qui, selon la manière dont vous les utiliserez, feront de votre histoire quelque chose d'unique.

N'oubliez pas : votre écriture, votre style sont votre "vitrine". Il m'est arrivé plus souvent que de raison d'abandonner la lecture d'une histoire après seulement quelques lignes parce qu'elle était mal écrite. Bien sûr, l'appréciation du style d'un auteur reste subjective et étroitement liée aux goûts personnels du lecteur. Vous serez cependant d'accord avec moi que des phrases mal construites, une expression maladroite et des fautes d'orthographe et de grammaire à chaque ligne feront fuir tout le monde. Et non, la liberté d'expression n'est pas synonyme de relâchement intempestif et systématique du langage.

Soigner son écriture, c'est faire preuve de respect envers son lecteur, mais c'est aussi lui transmettre une partie du message de votre histoire. Tout, jusqu'au choix des mots et des expressions, aura une incidence sur la manière dont le lecteur percevra votre histoire.

Haut de page

Conseils matériels

Etant donné que vous allez publier vos textes sur le net, quelques conseils de mise en forme s'imposent :

Haut de page

La ponctuation :

La virgule (,) équivaut à une brève respiration entre les éléments d'une énumération ou pour mettre en valeur des propositions.

Le point-virgule (;) est une pause moyenne entre deux éléments liés par le sens.

Le point d'interrogation (?) clôture une question, tandis que le point d'exclamation (!) souligne des émotions fortes.

Les guillemets (") sont utilisés en début et en fin de citation.

Les deux points (:) introduisent une explication, ou permettent d'alléger la phrase à la place d'un subordonnant.

Les trois points de suspension (…) indiquent que la phrase n'est pas achevée.

Une fois ouvertes, les parenthèses ( ) doivent être refermées.

Note 1 : On laisse un espace avant et après (;) (?) (!) (:)
Note 2 : le tiret s'intercale entre les mots lorsque le sujet est inversé : mange-t-il assez ? ne confond-on pas ?

Haut de page

Les règles de l'élision :

N'écrivez pas Ecrivez
l'héros le héros
le huissier l'huissier
parce que il parce qu'il
si il s'il

L'annonce pour les fanfictions

Avant la fic proprement dite, indiquez de façon claire et succincte votre nom de plume et adresse email ; l'œuvre dont vous vous êtes inspiré ; le genre et les éventuels avertissements ; le disclaimer (ou démenti rendant la propriété de l'œuvre originale à son auteur légitime). Soyez bref ; vos lecteurs ne s'amuseront pas à lire des introductions d'une page et sauteront directement à l'histoire – dans le meilleur des cas.

Haut de page

Le style

Haut de page

Images

comparaison
établit un rapprochement entre deux termes (le comparant et le comparé) à partir d'un élément commun et grâce à un outil grammatical (comme, pareil à, tel que, ressembler à, etc.)
ex : la nuit était pareille à un manteau de velours
métaphore
assimile deux termes sans l'aide d'un outil grammatical.
ex : la mer d'oliviers (pour les champs d'oliviers)
allégorie
représente de façon imagée les divers aspects d'une idée.
ex : les doux refrains de la mémoire me susurraient une ancienne chanson (pour évoquer des souvenirs lointains et agréables)
personnification
représente une chose ou une idée sous les traits d'une personne.
ex : la Justice, représentée sous l'apparence d'une femme aux yeux bandés
Haut de page

Substitutions

métonymie
remplace un mot par un autre mot qui lui est lié par un rapport logique net (cause / effet, contenu / contenant, tout / partie).
ex : une fine lame (pour un escrimeur), un Zola (pour un livre de Zola)
synecdoque
remplace la partie par le tout, le tout par la partie, le genre par l'espèce, l'espèce par le genre, etc. (rapport d'inclusion)
ex : les voiles (pour le bateau)
périphrase
remplace un mot par une expression formée de plusieurs mots et de sens équivalent.
ex : la messagère du printemps (pour l'hirondelle)
Haut de page

Oppositions

antithèse
oppose très fortement deux termes afin de mettre en relief l'un des deux (ou les deux)
ex : grand jusque dans les plus petites choses
antiphrase
exprime une idée par son contraire dans une intention ironique.
ex : quelle réussite admirable ! (pour dire que c'est un échec complet)
paradoxe
va à l'encontre de l'opinion commune afin de surprendre, choquer, ou inviter à la réflexion.
ex : se moquer de la philosophie, c'est vraiment philosopher (Pascal)
oxymore
deux termes évoquant des réalités contradictoires sont réunis dans une même expression.
ex : soleil noir
Haut de page

Amplification et atténuation

hyperbole
exagère l'expression afin de mettre en valeur un objet ou une idée.
ex : Jusqu'au fond de nos cœurs, notre sang s'est glacé. (Racine)
anaphore
répète un même mot ou groupe de mots en tête d'une succession de phrases ou de propositions.
ex : Il n'y a pas d'amour qui ne soit à douleur / Il n'y a pas d'amour dont on ne soit meurtri / Il n'y a pas d'amour dont on ne soit flétri (Aragon)
gradation
ordonne les mots dans une succession croissante.
ex : Va, cours, vole, et nous venge. (Corneille)
anacoluthe
met en valeur un énoncé par une rupture de construction syntaxique.
ex : Mais, seule sur la proue, invoquant les étoiles, / Le vent majestueux qui soufflait dans les voiles / L'enveloppe. (André Chénier)
litote
dit le moins pour suggérer le plus.
ex : Va, je ne te hais point. (Corneille)
euphémisme
atténue l'expression d'une idée, d'un sentiment lorsqu'ils sont jugés trop crus ou déplaisants.
ex : il est parti (pour il est mort)

(Source : Les archives de Mimi yuy)

Haut de page
|   Poster sur Internet >>

A lire également...

Date de modification de la page : 25/04/2012

Vous pouvez utiliser ce site pour votre usage personnel autant que vous le désirez, mais je vous remercie de ne pas le publier en tout ou partie sous votre nom. Si vous citez des extraits, veillez à bien reprendre les références qui s'y rattachent.